Examen des microphones Neat King Bee II et Worker Bee II

Avec le King Bee II et le Worker Bee II, Neat a lancé les premiers micros XLR après le rachat par Turtle Beach. Les deux peuvent convaincre en termes de son ainsi qu’en termes de fabrication. Dans la plupart des cas, il devrait tout de même être conseillé d’aller directement à la reine des abeilles.

Conception, fabrication et prix

C’était presque un bang lorsque Turtle Beach a annoncé l’acquisition du spécialiste des microphones Neat au début de l’année dernière et que le fabricant de périphériques est ainsi entré sur le marché des microphones professionnels. Avec le rachat, environ 40 brevets et 70 entrées de marques ont été transférés au portefeuille de Turtle Beach, qui pourraient également être utilisés dans d’autres produits tels que les casques à l’avenir.

Les premiers fruits de la collaboration peuvent maintenant être vus dans les deux microphones King Bee II et Worker Bee II. Les deux micros sonores s’adressent aussi bien aux amateurs ambitieux qu’aux professionnels, ce qui se reflète également dans les prix : alors que la plus petite abeille ouvrière coûte 100 euros pour entrer dans le monde des microphones analogiques de Neat, la reine atteint un cran bien inférieur à environ 170 euros propre porte monnaie.

Comparaison de la taille du King Bee II de Neat (à gauche) et de l’abeille ouvrière II (à droite).

Moins coloré

En termes de design, Neat a passé la vitesse supérieure avec les nouveaux microphones. Alors que les prédécesseurs étaient encore rectangulaires et pourvus de bandes jaunes, la nouvelle génération est beaucoup plus ronde et est entièrement noire. En raison de la forme extérieure, la dénomination aurait dû être expliquée rapidement, mais l’unité de microphone ronde positionnée en haut rappelle également les microphones en carbone qui étaient populaires dans les années 1920.

L’unité d’enregistrement du King Bee II a une protection anti-pop intégrée

Les deux versions sont conçues pour être utilisées sur un bras de microphone, un support de table ne fait pas partie de l’équipement. Avec l’adaptateur inclus, les deux représentants peuvent être utilisés avec un filetage 5/8 » et un filetage 3/8 ». L’utilisation du métal comme matériau principal rend les deux représentants très robustes, mais cela affecte également le poids : alors que le Worker Bee II est frugal à 508 g, le King Bee II ressemble plus à un bourdon avec un poids de 1 121 g et ne devrait fonctionner sur des bras de microphone stables. Les deux modèles peuvent également être utilisés suspendus à l’envers en raison de leur connexion à vis fixe, mais si cela est conseillé avec le Worker Bee II en termes de poids est une autre affaire.

Alors que le microphone, comme déjà décrit, est en haut et que la technologie nécessaire est logée dans le fuselage, la connexion XLR est cachée à l’extrémité inférieure. Cela indique également clairement qu’une interface audio distincte est nécessaire pour faire fonctionner les deux modèles.

Le King Bee II est connecté via XLR et nécessite donc une interface audio séparée

Les accessoires sont différents pour les deux candidats au test. L’abeille ouvrière n’a qu’une bague d’adaptation pour pouvoir être vissée sur un pied ou un bras de microphone. Avec la reine, en revanche, Neat devient plus généreux et équipe le capteur de son d’une araignée pour un meilleur découplage. Cependant, en raison des différents bouchons à vis, le plus petit microphone ne peut pas être utilisé dans l’araignée du King Bee II. L’aspect professionnel des deux microphones est également souligné par le fait que l’acheteur doit fournir lui-même le câble de connexion approprié.

Le Worker Bee II peut également être aligné à l’envers avec le support

Large répertoire

Les deux microphones ne sont pas seulement conçus pour traiter les voix dans le chant, le streaming, les podcasts, etc., mais doivent également convenir aux enregistrements acoustiques tels que la batterie, le piano ou les guitares. Cela signifie que les deux candidats au test peuvent être utilisés de différentes manières.

Technologie

Pour le prix déjà mentionné de 100 euros, Neat équipe le Worker Bee II d’un microphone à condensateur à semi-conducteurs unidirectionnel de 25 mm avec un diaphragme central, qui est censé permettre une réponse en fréquence de 20 Hz à 20 kHz. Ceci est également nécessaire si la zone de travail ne doit pas être limitée à la cartographie vocale uniquement. Le découplage interne est également conçu pour protéger le microphone des interférences causées par les vibrations et les chocs.

L’araignée du King Bee II est conçue pour protéger contre les interférences des vibrations

Neat monte un peu plus avec le produit phare actuel. Ici, le spécialiste s’appuie sur une capsule à condensateur de 34 mm de large et également unidirectionnelle, qui est destinée à cartographier une plage de fréquences plus large de 16 Hz à 20 kHz. L’araignée incluse promet une protection encore plus élevée contre les interférences, en même temps le King Bee II offre une protection anti-pop intégrée contre les sons plosifs, qui, nous pouvons déjà l’anticiper, jouera toujours un rôle important dans les enregistrements de test et que le plus petit microphone devra faire sans.

Les deux microphones disposent de l’alimentation fantôme 48 V nécessaire au fonctionnement et de l’électronique de classe A intégrée.

Page 1/3 Page suivante
qualité du microphone

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page