Nothing Phone (1) dans le test – les smartphones ne sont plus ennuyeux

Avec Nothing, un nouvel acteur arrive sur le marché qui lance un tout autre smartphone avec le Phone (1) et se démarque donc sensiblement du méli-mélo. Un design passionnant avec un dos transparent et plus de 900 micro-LED est l’unique argument de vente du téléphone (1). L’essentiel est différent, mais à peine aussi chic.

La qualité est bien au dessus du prix

Le fait que le Phone (1) soit le premier smartphone de Nothing ressort du nom du produit, mais pas du fait qu’il est parfaitement fini dans chaque petite zone. Il est extrêmement rare que les smartphones laissent un visage si satisfait après le déballage qu’ils n’aient pas fait un mauvais achat avec leur investissement. Vous pouvez voir au premier coup d’œil où sont passés les 469 euros que coûte au moins le téléphone (1). Lorsque les éditeurs ont pu essayer l’appareil pour la première fois lors de la visite de Nothing in Berlin, l’éditeur a supposé un prix plus élevé de 600 à 700 euros. Pour la qualité proposée, 469 euros est tout sauf trop élevé de la part du constructeur.

Même les petits détails s’adaptent parfaitement

Le châssis du téléphone (1) en aluminium entièrement recyclé enveloppe complètement l’appareil et accueille deux boutons de volume séparés à gauche et le bouton d’alimentation à droite. Rien n’a atteint la bonne position et la sensation de clic exactement comme il convient le mieux sur le plan ergonomique et se sent de haute qualité. Le constructeur a même abordé ces zones supposées sans importance d’un smartphone avec une grande précision.

Variante blanche sans éclairage

Image 1 sur 5

Salutations de l’iPhone

Carl Pei, en tant que co-fondateur de OnePlus avant de quitter l’entreprise il y a près de deux ans, sait construire des smartphones et cela se voit avec le téléphone (1). Cependant, l’appareil doit inévitablement supporter la comparaison avec l’iPhone actuel, car les lignes pourraient difficilement être plus similaires. Avec des dimensions de 75,8 × 159,2 × 8,3 mm (L × H × P), le téléphone (1) se situe entre l’iPhone 13 Pro et l’iPhone 13 Pro Max, mais correspond davantage au modèle plus grand. Eh bien, les similitudes existent, mais le smartphone Nothing est d’une élégance intemporelle.

Dos transparent avec éclairage micro-LED

L’unique argument de vente du téléphone (1) se trouve à l’arrière du Gorilla Glass 5. Semblable à l’oreille (1) (test), les composants transparents servent de terrain de jeu aux concepteurs. Cependant, ce ne sont pas les composants individuels du smartphone que l’on peut voir derrière la vitre, mais une image stylisée de celui-ci, qui dessine un relief en trois dimensions et donne ainsi au dos une certaine structure, bien que tout se passe à quelques millimètres près. de profondeur. Les concepteurs ont même trouvé de la place pour représenter un éléphant dans la zone inférieure.

Gorilla Glass 5 protège le dos

Image 1 sur 4

Les composants visibles sont difficiles à attribuer à un matériel spécifique, c’est probablement le cas avec la bobine de charge centrale. Le « serpent » qui serpente derrière les éléphants en bas à gauche sert de connecteur du compartiment SIM, qui peut contenir deux cartes nano-SIM, à la carte mère. Le petit évidement circulaire en haut à droite accueille une LED d’état qui s’allume en rouge lors du tournage. Et en haut à gauche, vous ne pouvez pas ignorer la double caméra de 50 MP chacune pour le grand angle et l’ultra grand angle.

Le jeu de lumière reste caché au premier abord

L’éclairage à l’arrière, équipé de plus de 900 micro-LED, n’a rien caché, car les cinq zones au total ne peuvent pas être identifiées directement en raison de la combinaison de couleurs. Le système d’éclairage, surnommé « Glyph », se présente sous la forme d’un « C » autour de la caméra, d’une diagonale en haut à droite, d’un cercle ouvert avec des côtés aplatis autour de la bobine de charge et d’un « point d’exclamation » en bas. zone du dos, la ligne et le point étant contrôlés séparément peuvent devenir.

L’interface glyphe en détail

L’interface Glyph n’est utilisée que pour le plaisir avec des lumières clignotantes, mais est principalement utilisée pour les appels téléphoniques entrants et les notifications. Nothing OS est livré avec dix sonneries et tonalités de message, qui peuvent toutes être vues dans la vidéo suivante. Les micro-LED s’allument de manière synchrone avec la sonnerie et sont soutenues haptiquement par un moteur de vibration de haute qualité. La luminosité des zones dans leur ensemble peut être spécifiée dans les paramètres. Une nuit de repos peut également y être définie, pendant laquelle le clignotement des LED est mis en pause. De plus, vous pouvez spécifier pour quels contacts le smartphone doit s’allumer et comment.

Les micro-LED sont également utilisées dans la zone inférieure comme indicateur d’état pour le niveau de la batterie. Dès qu’un câble USB-C est connecté, une barre de chargement progressif apparaît. Dans l’application appareil photo, l’éclairage peut être utilisé comme éclairage annulaire pour obtenir un éclairage moins net qu’avec le flash LED. Les micro LED peuvent être utilisées pour les enregistrements photo et vidéo. De plus, le « C » autour de l’appareil photo décompte le temps jusqu’à ce que l’obturateur soit déclenché en tant que minuterie pour les photos. Lors du tournage, une LED d’état rouge peut éventuellement être allumée dans la partie supérieure droite du dos. La lampe de poche disponible dans les paramètres rapides d’Android, en revanche, utilise le flash LED normal. Le point d’exclamation fournit également un retour visuel lorsque le smartphone est adressé avec « Hey, Google ».

Essentiellement, cela peut être fait différemment, mais pas aussi cool

À ce stade, on peut légitimement se demander si un smartphone a besoin de quelque chose comme l’interface Glyph. On ne peut nier que l’utilisation de plus de 900 micro-LED et la conception complexe du dos ont un impact sur la BOM, c’est-à-dire les coûts de production du smartphone. Des coûts qui seraient potentiellement mieux investis ailleurs que dans la création d’un smartphone « inutilement beau ». Les micro-LED ne sont certainement pas essentielles pour un tel appareil mobile, mais quand et où obtenez-vous quelque chose d’aussi inhabituel et excitant de nos jours sur le marché des smartphones ? Avec son design industriel, la vue des composants et l’éclairage sophistiqué, Nothing a réussi à créer un chef-d’œuvre esthétique qui attirera de nombreux regards.

Les autres personnes sont plus susceptibles de voir l’éclairage

Cependant, l’interface Glyph a un inconvénient : elle n’est visible que lorsque le smartphone est placé avec l’écran vers le bas. L’avant est également protégé par Gorilla Glass 5, mais selon la surface, vous voudrez peut-être poser l’appareil avec l’écran vers le haut. Le bel éclairage ne redevient visible qu’indirectement par réflexions lorsque le téléphone (1) est soulevé. Rien ne propose un étui de protection transparent ou noir pour smartphone à 25 euros, qui dépasse légèrement de l’écran et protège ainsi la face avant, même lorsque l’appareil est posé avec l’écran vers le bas. Cependant, le téléphone (1) perd sensiblement son esthétique à cause du boîtier.

Écran OLED avec lunette symétrique

Rien n’a mis autant d’efforts dans l’écran OLED, qui d’une part a été installé complètement à plat, c’est-à-dire sans courbures vers la zone latérale, et d’autre part a été intégré symétriquement dans le boîtier, de sorte que la bordure noire tout autour est la même épaisseur dans toutes les zones ayant.

Visionox fournit le panneau flexible

La mise en œuvre de cette manière n’est pas si facile ou implique un investissement financier plus élevé, car un panneau OLED flexible est nécessaire, qui est replié vers l’arrière dans la zone inférieure afin de le contrôler depuis la direction opposée. C’est ce qu’Apple a fait avec l’iPhone X à l’époque, pour garantir une lunette aussi large tout autour. La dalle OLED du téléphone (1) provient de chez Visionox et, selon Nothing, est environ deux fois plus chère à l’achat qu’une dalle OLED standard pour la gamme de prix du smartphone, ce qui aurait conduit à un « menton » en bas et donc à une façade asymétrique.

Écran OLED de 6,55 pouces

La stratification du panneau avec le verre doit également être soulignée positivement, où même des écarts de quelques dixièmes de millimètre peuvent être décisifs pour ne plus obtenir la sensation d’avoir une connexion directe entre le contenu et le doigt. Surtout sur le téléphone (1), la dalle OLED est très proche de la surface et assure ainsi un contact direct avec le contenu.

Capteur d’empreintes digitales rapide mais profond

Dans quelle mesure cette propriété a un effet positif sur le capteur optique d’empreintes digitales sous l’écran ne peut pas être déterminée, mais au moins cela fonctionne de manière fiable et assez rapide sur le téléphone (1). Les smartphones récemment sortis tels que le Vivo X80 Pro sont un peu plus rapides à cet égard, mais le téléphone (1) fonctionne nettement mieux que le Pixel 6 Pro (test), par exemple. Seule la position du capteur d’empreintes digitales est sous-optimale dans Nothing, car il est positionné très bas sur le bord inférieur de l’écran. Cependant, la position naturelle du pouce est plus élevée de quelques centimètres.

Comme alternative au capteur d’empreintes digitales, un scan facial 2D peut être utilisé via la caméra frontale. Avec les premiers logiciels Nothing OS 1.0.0 et 1.0.1, cependant, la configuration et la détection posaient encore des problèmes considérables, mais ces obstacles n’étaient plus présents avec la version 1.0.2, qui a été installée plus tard dans le test. Il faut toujours noter, cependant, qu’un scan de visage 2D via la caméra frontale est loin d’être aussi sûr qu’un processus 3D tel que Face ID d’Apple.

L’écran ne répond pas aux spécifications du fabricant

Le panneau OLED choisi par Nothing semble extrêmement beau en raison de sa conception symétrique, mais les valeurs mesurées sont en deçà des attentes et des informations du fabricant. Les éditeurs sont actuellement toujours en contact avec Rien pour déterminer dans quelles conditions les valeurs de luminosité annoncées peuvent être atteintes.

120 Hz et jusqu’à 1 200 cd/m² lumineux

Rien ne promet une luminosité de 500 cd/m² et une luminosité crête de 1 200 cd/m² pour le téléphone (1). Afin de protéger le panneau OLED, les valeurs les plus élevées se réfèrent généralement à une image avec un « Average Picture Level » (APL) réduit, c’est-à-dire une vue avec une composante blanche plus petite, comme environ 10 % APL. Il faut toujours faire la distinction entre les valeurs obtenues manuellement et celles déterminées en mode automatique, car pratiquement tous les fabricants font dépendre la luminosité maximale de la lumière ambiante afin de protéger à nouveau le panneau. Ainsi, les utilisateurs ne peuvent pas toujours exiger le maximum de l’affichage via les paramètres.

700 au lieu de 1200 cd/m²

Dans les mesures des éditeurs, 450 cd/m² ont toujours été déterminés en mode manuel, quel que soit l’APL, mais 643 cd/m² en mode automatique avec 100 % APL. Selon la façon dont vous regardez les informations du fabricant, elles sont soit sous- soit dépassées. Un inconvénient pour Nothing, cependant, est qu’aucune luminosité maximale supérieure à 697 cd/m² n’a pu être déterminée, bien que l’APL ait été réduit jusqu’à 10 %. ComputerBase a effectué plusieurs mesures avec du contenu SDR et HDR et une grande variété de valeurs APL, illuminant le smartphone avec une lampe photo LED extrêmement lumineuse pour simuler une lumière ambiante brillante.

Indépendamment de cela, les jusqu’à 1200 cd/m² annoncés ne pouvaient pas être retirés du panneau. Les éditeurs soupçonnent donc une implémentation défectueuse ou tout simplement inexistante du mode haute luminosité (HBM) sur le téléphone (1). L’appareil a été testé avec Nothing OS 1.0.2, ce qui montre également d’ailleurs que le logiciel est toujours en cours de développement.

Pas de retour en arrière sur les changements de point blanc

Par exemple, l’écran propose deux profils de couleurs : « Alive » (par défaut), qui fournit des couleurs légèrement plus intenses avec une saturation plus élevée, et « Standard », qui est non standard et semble plus naturel. De plus, la température de couleur pour un affichage plus froid ou plus chaud peut être contrôlée pour les deux profils. Cependant, Nothing n’a pas réussi à définir une valeur par défaut, de sorte que les modifications ne peuvent être annulées qu’avec une estimation approximative. Une fois modifiée, il n’est plus possible de déterminer où se trouvait la valeur avant sans appareil de mesure. Le point blanc de l’appareil de test a été réglé un peu trop chaud en usine à 6 100 Kelvin.

Page 1/4 Page suivante
Snapdragon 778G + et rien OS

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page