Razer Deathstalker V2 : les boutons opto-mécaniques deviennent moyennement plats

Image : Razer

Après une bonne dizaine d’années, Razer ressuscite le nom DeathStalker, qui servait à commercialiser des claviers particulièrement plats dans le segment particulièrement cher. En 2022, la série sera dotée de modèles opto-mécaniques plats au lieu de boutons d’ordinateurs portables, qui feront leurs débuts sur le marché.

Bouton sous la loupe

Les nouveaux « commutateurs optiques à profil bas » sont une version plus plate des boutons opto-mécaniques internes, qui ont été installés dans le Huntsman Elite (test) pendant trois ans. Avec ce type de bouton, un signal est déclenché par l’interruption d’une barrière lumineuse. Les modèles mécaniques traditionnels, quant à eux, génèrent un signal en fermant les contacts métalliques. Razer voit des avantages dans la durée de vie en raison de la réduction des points de contact mécaniques et de la vitesse de réaction, car le temps anti-rebond peut être minimisé grâce à la technologie des capteurs.

Commutateur optique à profil bas Razer Clicky (Image: Razer)

Image 1 sur 3

Comme Cherry, Razer ne se contente pas de rétrécir les boutons normaux ; les commutateurs à profil bas diffèrent déjà visuellement des modèles conventionnels. Le stabilisateur autrement visible disparaît et le tampon est également nettement plus large. Il semble possible que cela empêche l’inclinaison lors de la pression. L’approche s’écarte donc visuellement des boutons à profil bas sur Cherry ou Kailh Choc V2, qui sont installés dans le Logitech MX Mechanical Mini (test), par exemple.

La chute du débattement à 2,8 millimètres se ressent dans la pratique. Dans le même temps, le point de signal est atteint plus tôt. Il est de 1,2 millimètre pour les modèles linéaires et de 1,5 millimètre pour les variantes à clic tactile. Cependant, en raison de la course raccourcie et des ressorts différents, cela ne génère pas automatiquement les caractéristiques nerveuses inhérentes aux boutons de vitesse avec un point de signal précoce similaire. Les touches linéaires rouges sont également équipées d’éléments amortisseurs en silicone, qui devraient réduire le bruit d’impact sans rendre le retour d’impact trop doux. Cependant, la construction plate n’est pas poussée à l’extrême : les boutons du notebook de Razer et du MX Ultra Low Profile, qui visent le même segment, montrent qu’il est possible de gagner encore plus de hauteur (test).

Razer DeathStalker V2 (Image : Razer)

Image 1 sur 7

Avec les nouveaux boutons et les touches plates en ABS à double frappe, les claviers DeathStalker atteignent une hauteur de 2,43 centimètres à leur point le plus élevé. L’équipement comprend une molette de défilement programmable ainsi qu’un bouton multimédia, un éclairage RVB et une connexion USB-C pour la transmission de données. Si plus que des effets d’éclairage préprogrammés sont nécessaires, le clavier doit être programmé avec Synapse 3. Jusqu’à cinq profils peuvent être stockés dans la mémoire intégrée.

Dans la version Pro, le clavier peut également transmettre via Bluetooth 5.0 et le protocole propriétaire HyperSpeed ​​​​de Razer avec un taux d’interrogation plus élevé. La société promet une autonomie de 40 heures sur batterie avec des effets de lumière alternés à mi-luminosité.

le prix reste élevé

Les claviers DeathStalker n’ont jamais été bon marché. La génération V2 reste fidèle à cette tradition et permet au modèle de base de démarrer aux alentours de 200 euros au troisième trimestre de l’année. Dans la même période, le V2 Pro sera disponible en magasin dans une configuration compacte sans clé pour environ 220 euros. Seul le modèle le plus cher est déjà disponible : le V2 Pro peut désormais être acheté pour environ 250 euros auprès de Razer lui-même et de revendeurs sélectionnés.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page