Test du Huawei MateBook 16s

Sur le segment des 16 pouces, Huawei débute avec le MateBook 16s rafraîchi, qui se distingue surtout par l’affichage au format 3:2 et montre ses avantages au quotidien. L’Intel Core i9-12900H offre beaucoup de performances. Le portable manque encore dans certains domaines pour un ensemble global bien équilibré dans tous les domaines.

Huawei propose depuis fin juin deux nouveaux notebooks 16 pouces : le MateBook 16s et le MateBook D16. L’appareil haut de gamme parmi les modèles mentionnés est le MateBook 16s, qui se distingue du MateBook D16 avec des processeurs Alder Lake plus rapides d’Intel, des SSD plus grands, un écran au format 3:2 et une batterie plus grande.

Dans le test, la rédaction s’est penchée sur le modèle haut de gamme avec un Core i9-12900H, 16 Go LPDDR5 et 1 To SSD au prix de 1 899 euros. Le tableau ci-dessous fournit plus de détails sur les configurations et une comparaison avec le MateBook D16 moins cher.

Spécifications du MateBook 16s (2022)

Même les 16 pouces compacts sont grands

Le MateBook 16s est un ordinateur portable assez colosse, bien que Huawei essaie de masquer les dimensions avec toutes sortes d’astuces, telles que des cadres étroits. Un ordinateur portable de 16 pouces reste exactement cela, même si beaucoup d’aluminium garantit que le poids reste en dessous de la barre critique des 2 kg. Mais 351 × 254,9 × 17,8 mm (L × P × H) ne sont pas exactement faciles à ranger dans un sac à dos et prennent beaucoup plus de place sur le bureau qu’un ultrabook. Le MateBook 16s n’est pas un MateBook X Pro (test), qui n’a pas encore reçu de mise à jour pour 2022, du moins en Allemagne. Le MateBook 16s ressemble plus au MacBook Pro 16 d’Apple : de haute qualité et élégant, mais en aucun cas particulièrement petit ou léger.

Le MateBook 16s est disponible en gris sidéral

La comparaison avec Apple n’est pas un hasard, puisque l’aménagement de certaines zones pourrait certainement être supposé provenir d’un autre fabricant. Heureusement, « Huawei » est écrit en lettres surdimensionnées sur le couvercle de l’appareil de test, qui a été livré en « Space Grey » de toutes choses. Un voyou qui croit au hasard.

Haute qualité

Ignorant ce point, le MateBook 16s se distingue par une très bonne finition qui rend justice au prix. Les surfaces continues en aluminium, par exemple sur la face inférieure ou dans la zone du repose-poignet, donnent une impression de stabilité, mais sont finalement trop grandes pour être complètement résistantes à la torsion. La zone autour du touchpad en particulier cède légèrement. Huawei a doté le châssis d’un chanfrein faisant tout le tour afin que le poignet ne repose pas sur une arête vive.

De nombreuses connexions, mais pas toutes

Dans un grand ordinateur portable comme le MateBook 16s, vous vous attendez à juste titre à beaucoup de ports. Huawei fournit Thunderbolt 4, USB-C 3.2 Gen 1, HDMI 2.0b et une prise jack 3,5 mm sur la gauche. Sur la droite se trouvent deux prises pour USB-A 3.2 Gen 1, de sorte que les anciens périphériques peuvent également être connectés sans adaptateur. La compilation est la bienvenue en termes de caractéristiques physiques des ports, mais semble un peu sauvagement découpée en dés par Huawei. Enfin, Alder Lake fournit nativement quatre Thunderbolt 4 et USB 3.2 Gen 3×2 ou 2×2 plus rapides. Huawei n’utilise Thunderbolt 4 qu’une seule fois pour les prises USB-C et utilise des protocoles USB plus anciens. Les professionnels des médias manquent également d’un lecteur de carte SD.

Boîtier de gauche avec USB-C 3.2 Gen 1, Thunderbolt 4, HDMI 2.0b et jack 3,5 mm

Image 1 sur 2

Très grand pavé tactile

Le pavé tactile du MateBook 16s est carrément énorme. Sur 14 × 9 cm (L × H), vous pouvez vous défouler avec vos doigts grâce aux excellentes propriétés de glisse. Comparé au MateBook X Pro précédent, qui reconnaissait parfois un seul clic avec deux clics, le MateBook 16s n’a plus ce problème. Cependant, Huawei s’appuie toujours sur un « ancien » pavé tactile avec un support supérieur qui, contrairement aux entrées tactiles, n’accepte pas les clics sur toute la surface, mais les limite plutôt aux 7 cm inférieurs. Le bruit de cliquetis est relativement fort.

Le clavier oublie le rétroéclairage

Le clavier du MateBook 16s commence exactement à 12 cm du bord inférieur, ce qui offre une frappe douce au design chiclet et atteint une course de touche de 1,5 mm. Contrairement au clavier sans espace du XPS 13 Plus (test) avec touches de fonction tactiles, Huawei n’ose pas expérimenter et s’appuie systématiquement sur des touches physiques distantes de 2 mm. Le clavier peut être rétro-éclairé en deux temps, mais le portable ne mémorise pas ce réglage, ce qui est gênant et éteint le rétro-éclairage à chaque redémarrage.

Malgré les dimensions physiques, contrairement au MateBook D16, les utilisateurs ne trouveront pas de pavé numérique sur le clavier. Au lieu de cela, la disposition symétrique crée de l’espace pour deux haut-parleurs qui jouent fort et avec précision. Comparés à d’autres portables, les films et séries sont un vrai régal pour les oreilles sur le MateBook 16s.

Clavier flanqué de haut-parleurs stéréo

Image 1 sur 4

Webcam en position utilisable

Une chose que les utilisateurs ne trouveront plus sur le clavier : la webcam. Huawei les avait auparavant cachés dans la rangée des touches de fonction. Le jeu de cache-cache était particulièrement avantageux pour des raisons de protection des données, car la caméra pouvait être rangée dans le boîtier et protégée contre d’éventuels accès non autorisés. Cependant, les angles de vision et la qualité générale étaient des faiblesses dans cette implémentation. La caméra a récemment été placée au-dessus de l’écran et offre une résolution supérieure de 1080p (2,1 MP). La qualité d’image est meilleure, notamment par rapport au XPS 13 Plus.

Webcam MateBook 16s avec une résolution de 2,1 MP

Écran au format pratique 3:2

L’écran est l’un des plus intéressants du marché en raison de son format d’image. Huawei est l’un des très rares constructeurs à proposer un écran au format 3:2 qui offre encore plus d’espace vertical que le 16:10 utilisé depuis peu par de nombreux constructeurs. Microsoft est surtout connu pour ce format avec ses appareils Surface, mais Acer, Asus, HP et Lenovo l’utilisent aussi occasionnellement. Apple, en revanche, n’atteint pas tout à fait un vrai 3:2, mais se rapproche de ce format avec les MacBook Pro 14″ (test) et 16″ actuels ainsi qu’avec le nouveau MacBook Air (~ 3:1.95 ).

Le toucher comme innovation indispensable

Le plus grand changement pour le MateBook 16 est la prise en charge de la saisie tactile, que le MateBook 16 n’avait pas encore. La question de savoir si cette fonctionnalité est absolument nécessaire dans la vie de tous les jours dépend fortement du fonctionnement personnel de Windows 11 et si vous avez déjà utilisé le tactile de manière intensive sur un ordinateur portable. Dans la vie quotidienne personnelle, le toucher n’était pas une exigence obligatoire pour l’appareil.

Le panneau, la résolution et la luminosité restent les mêmes

En dehors de cela, Huawei n’a fait aucun progrès, donc le panneau IPS avec 2 520 × 1 680 pixels a les caractéristiques du prédécesseur. À 16 pouces, la résolution assure une densité de pixels médiocre de 138 ppp – sans comparaison avec les 329 ppp extrêmement nets du XPS 13 Plus. Huawei atteint ainsi approximativement la même densité de pixels au format 3:2 que la Full HD délivrerait au format 16:9 ou 16:10 sur 15 ou 16 pouces. La mise à l’échelle par défaut de Windows de 150 % garantit un bon compromis entre la netteté et suffisamment d’espace pour travailler.

L’écran 16 pouces au format 3:2

Image 1 sur 3

Le panneau lui-même est un bon exemple IPS qui couvre presque complètement l’espace colorimétrique sRGB, obtient des scores avec une stabilité d’angle de vision solide et l’appareil de test ne montre ni un fort rétroéclairage ni de grands écarts de luminosité ou d’autres falsifications. Cependant, la luminosité de 300 cd/m² annoncée par le constructeur n’est que moyenne et un point où des améliorations étaient attendues. L’appareil de test arrive à une moyenne de 348 cd/m² à partir de neuf zones de mesure et atteint un contraste statique de 1530:1, qui est dérivé de la valeur moyenne du noir de 0,227 cd/m².

La luminosité maximale est donc le principal point de critique de l’écran, car une luminosité plus élevée est toujours requise en relation avec un écran tactile réfléchissant, comme dans le MateBook 16s, afin de compenser la lumière ambiante vive. L’écran est toujours aussi performant, notamment grâce au format 3:2, pratique au quotidien.

Page 1/3 Page suivante
Performances, benchmarks et autonomie de la batterie

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page