Tester Soundboks Go – ComputerBase

Avec le Go, Soundboks ajoute une version légèrement plus portable à son portefeuille d’enceintes, qui grâce à sa batterie généreuse peut durer longtemps sans prise de courant. Mais bien que son domaine d’application et le groupe cible soient très étroits, le générateur de sons sait convaincre en grande partie. Pourtant, il n’est pas parfait.

conception et traitement

Par rapport aux New Soundboks (test), qui représentent actuellement la troisième génération des grandes enceintes du fabricant danois, la différence d’âge de trois ans du nouveau venu plus mobile se voit déjà de l’extérieur. Le nouveau représentant du portefeuille ne respire plus l’odeur de l’équipement de concert, mais se présente avec des formes beaucoup plus rondes et plus modernes – la simplicité, qui caractérisait principalement les prédécesseurs, pourrait être conservée.

Test de Soundbox Go

Mais il y a aussi des différences sous le capot : La carrosserie est désormais en ABS et polycarbonate et non plus en contreplaqué de peuplier comme son grand frère. Cela devrait rendre le Soundboks Go, comme l’appelle le fabricant, « à l’épreuve des bosses ». Contrairement au grand haut-parleur, où la grille avant était encore en métal, Soundboks utilise désormais une grille en plastique. Mais alors que la calandre métallique cède rapidement aux chocs et donc aux bosses mais reste autrement intacte, la nouvelle variante absorbe mieux les chocs, mais en raison de sa rigidité, elle se casse directement à un moment donné.

Le haut-parleur est également entouré de deux anneaux en caoutchouc, qui d’une part assurent un certain découplage des graves et évitent ainsi les distorsions sonores d’autre part garantissent également un support antidérapant.

Aussi comme « Go » pas léger

Avec une taille de 459 × 316 × 266 mm, le nouveau rejeton apparaît nettement plus compact que son grand frère, et le poids de 9,2 kg par rapport aux 15,4 kg précédents le rend plus portable. La poignée de transport stable assure un transport raisonnablement confortable. Si vous le voulez un peu plus confortable, utilisez la plus grande bandoulière. Cependant, cela n’est pas inclus dans le forfait avec un RRP de 699 euros, mais doit être acheté séparément pour 69 euros. Cependant, si vous souhaitez souvent avoir le Soundboks Go avec vous lors de vos voyages, vous devez toujours l’utiliser. La poignée solidement fixée en caoutchouc épais est certainement suffisante pour le transport jusqu’au jardin potager, mais les bras peuvent rapidement devenir assez longs pour de plus longues distances.

La poignée de transport ne convient que pour les trajets de transport courts

Bien protégé

Pour que le haut-parleur n’ait pas besoin d’être emballé directement dans un étui même dans des conditions météorologiques défavorables et puisse donc être utilisé sur différents terrains, le fabricant a également protégé le Go des éclaboussures d’eau et de la poussière selon IP65. Ainsi, le modèle peut non seulement prouver ses compétences dans le jardin de la maison, mais aussi lors d’une fête sur la plage.

Le haut-parleur affiche les éléments de contrôle nécessaires directement sur le dessus, qui incluent également le contrôle du volume avec les unités de mesure 1 à 11 (« Eh bien, c’est un plus fort, n’est-ce pas ? ») et le bouton de sélection de mode. La connexion pour les sources externes filaires est plutôt non protégée à gauche.

connexions et commandes

Au niveau des interfaces, force est encore une fois de constater que le Go se destine davantage à un usage nomade. Ainsi, Soundboks s’appuie uniquement sur le support sans fil via Bluetooth 5.0, une utilisation filaire est possible via la connexion jack d’une taille de 3,5 mm. Les utilisateurs doivent donc se passer d’une deuxième connexion de ce type et des deux connexions XLR de son grand frère, avec lesquelles il peut également être connecté à des composants professionnels.

En termes de fonctionnalité, cependant, peu de choses ont changé. La nouvelle variante n’a pas de bouton d’alimentation séparé, qui est maintenant logé dans le contrôle du volume. Cependant, les contrôles sont restés les mêmes. Le constructeur divise tout de même l’utilisation en différents modes : Si « Solo » est sélectionné, chaque enceinte agit comme son propre boîtier, ce qui signifie qu’elle doit être connectée à sa propre source. Avec « Join » et « Host », vous pouvez éventuellement connecter jusqu’à cinq Soundboks Go ou Soundboks de la 3ème génération. Le haut-parleur déclaré « hôte » sert de point de départ pour l’alimentation source et de centre de contrôle pour les réglages de volume et de son. Les générateurs de tonalité définis comme « Join » suivent cela.

En raison du manque de connexions, il n’est plus possible avec la variante Go de connecter deux haut-parleurs entre eux via un câble et d’en former deux clusters, comme c’est encore le cas avec les variantes plus grandes. En conséquence, le nombre d’unités à connecter sans fil a été réduit de dix auparavant. Il est également possible de définir si le haut-parleur doit être lu en mono ou si le canal gauche ou droit doit être lu pour un haut-parleur couplé. Cela signifie qu’ils peuvent également être combinés pour former des unités stéréo.

Les commandes sont plus faciles à atteindre sur le Soundboks Go

Cependant, avec les Soundboks, le Bluetooth n’est toujours utilisé que comme une connexion entre l’appareil mobile et le haut-parleur. En interne, la variante Go fonctionne également avec le protocole SKAA, qui est destiné à réduire les interférences et les latences en plus d’une meilleure qualité sonore. Ce dernier est particulièrement important lors du couplage de plusieurs générateurs de sons.

L’application Soundboks, disponible pour Android et iOS, fait office d’unité de contrôle centrale. Sur Android, il est assez capricieux au regard de la configuration minimale requise et refuse de s’installer sur une tablette Fire de 7e génération, ce que l’on peut encore qualifier de banal. À partir de la 8e génération, cependant, le téléchargement n’était plus un problème.

Rien ne fonctionne sans compte

Un compte est nécessaire pour utiliser l’application. Cela peut être soit un accès créé spécifiquement pour Soundboks, soit l’utilisateur peut simplement se connecter avec ses données Facebook ou Google. En général, la question revient sans cesse de savoir pourquoi un compte est nécessaire pour utiliser une enceinte Bluetooth « simple », qui ne nécessite essentiellement qu’une connexion locale entre l’appareil source et le générateur de sons pour fonctionner.

L’appairage de l’appareil et de l’enceinte se fait rapidement. La connexion ne doit avoir été établie que dans les paramètres Bluetooth avant le démarrage de l’application. Ensuite, l’application et le haut-parleur devraient se trouver rapidement. Dans la plupart des cas, le système devrait alors proposer quelques mises à jour lors de sa première utilisation, pour lesquelles environ 30 minutes sont données – ce n’est plus optimiste, car lors du test, le Go a eu besoin d’environ 2 heures jusqu’à ce qu’il entende les premiers tons de s’est donné. Lors du test avec un Google Pixel 4a, la portée était très bonne à 14 m dans vos quatre murs avec deux murs entre et environ 20 m dans un espace ouvert, mais cela peut varier en fonction de l’appareil source.

Le Soundboks Go n’a qu’une seule entrée filaire

Bien que l’application appartenant au système ait gagné en fonctions depuis le test de The New Soundbok, seule l’opération de base est toujours assurée – l’utilisateur doit toujours s’occuper lui-même d’un joueur, de sorte que normalement deux applications doivent être utilisées.

En plus des choses de base telles que l’allumage et l’extinction du haut-parleur, le réglage du volume et les différents modes de fonctionnement lors de l’appairage, quatre modes sonores différents sont accessibles directement via un bouton correspondant, qui sera discuté plus en détail dans la section suivante. . Sinon, l’application n’offre aucune autre fonction.

Page 1/3 Page suivante
temps de son et de fonctionnement

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page